Sunday, February 13, 2011

Erik Truffaz Quartet & Anna Aaron @ Noumatrouff, 12.02.2011

PUTAIN!

J'y allais pour voir... Sans grande attentes... Terriblement fatigué et un peu ennuyé de me faire le concert en solo
(ce qui me fait penser que hormis une rencontre avec la famille Koukaï, j'ai fait tous mes concerts typés "Jazz" en ... solo)



Je dois bien avouer que ma connaissance d'Erik Truffaz se limitait à ... Youtube.
Au vu du peu d'inscrit sur l’évènement Facebook, je m'attendais aussi à une salle vide et un silence religieux...
Ajoutons que, malgré les nombreuses heures du genre en ma possession, je suis loin d'être un spécialiste, la complexité et l'aspect "trippant" du jazz me laissant parfois de marbre.

BORDEL DE ZEUS!
La baffe que je me suis pris!
Dès les premières notes ça claque.
Erik Truffaz Quartet c'est avant tout un putain de groupe, un putain de magicien aux Fender Rhodes et à l'orgue Hammond :  Benoit Corboz, un putain de bassiste Marcello Giuliani (bassissimo), et tout droit sortir de son usine d’aciérie avec sa salopette en jeans, un putain de batteur Marc Erbetta!!

Et quand vous êtes à deux mètres de la batterie et que chaque vibration, chaque onde sonore vous parvient en directe, excusez moi du terme (après la série de "putains", je peux me permettre...) : vous en prenez plein la gueule!
C'est juste impressionnant de technique et de maîtrise, la grosse caisse en prend pour son grade, les doubles caisses-claires, cymbales, effets de voix... Aux balais ou aux baguettes magiques, Marc Erbetta est un sorcier! Je file BRULER ma batterie de suite...

Erik Truffaz nous encourage à filmer et à poster les vidéos sur Youtube, je ne me suis donc pas gêné et j'ai usé le Pentax jusqu'à la moelle!
Le Maître ès trompette fait preuve d'intelligence quant à l'évolution de l'industrie musicale, comprenant bien que ce partage et le buzz qu'il créé attire le public en LIVE, là où l'artiste gagne vraiment son pain, et là où l'artiste se donne vraiment au public.
Le public, parlons en, "so much" pour le silence religieux, une ambiance qui n'a rien à envier aux concerts de rock, les cris sont nombreux, les applaudissements nourris, des sourirs sur tous les visages.
Coté morceaux du derniers album, Mechanic Cosmetic, Fujin furent joués (dans des putains de versions, ais-je besoin de le préciser? :), également Akiko (une amoureuse Nippone de Marcello?) et sur la fin du set, le Rhodes prend des accents technoïdes, la basse montre ses rondeurs affriolantes , le batteur martèle le 2ème et le 4ème!

Un jam de fin qui transpire le Funk par tous ses pores.

Un mot sur la première partie, demoiselle Anna Aaron, jolie sucrerie Suisse à la voix grave toute en puissance, aux aiguës fragiles à la limite de la rupture où réside toute sa beauté, une première partie minimaliste piano/voix aux accents folk. Un exercice difficile tant les références sont illustres (je pense à Tori Amos), mais la Bâloise se révèle sur ses derniers morceaux. Et que dire de son 'guest' sur le rappel de Truffaz pendant lequel sa voix rauque fera des merveilles au rayon Jazz sur le tant attendu 'Let Me Go' et sur une version dynamitée de 'Nobody puts baby in the Corner', supérieure à l'originale!
Vite, que Truffaz revienne, je n'irais plus "pour voir" mais pour écouter!







Share this post
  • Share to Facebook
  • Share to Twitter
  • Share to Google+
  • Share to Stumble Upon
  • Share to Evernote
  • Share to Blogger
  • Share to Email
  • Share to Yahoo Messenger
  • More...

1 comments

  1. Ca fait plaisir :
    http://www.eriktruffaz.com/presse.php

    ReplyDelete

:) :-) :)) =)) :( :-( :(( :d :-d @-) :p :o :>) (o) [-( :-? (p) :-s (m) 8-) :-t :-b b-( :-# =p~ :-$ (b) (f) x-) (k) (h) (c) cheer

 
© 2011 Funk Them!
Designed by Blog Thiet Ke
Posts RSSComments RSS
Back to top